Tout au long de son cycle de vie, un produit consomme de l’énergie : on parle d’énergie grise. La quantité varie selon le produit et la technique de fabrication. Les matériaux de construction, parmi lesquels les matériaux isolants, font partie des consommateurs d’énergie grise bien identifiés.

 

énergie grise

 


Définition de l’énergie grise


L’énergie grise représente la quantité d’énergie indispensable pour produire et mettre en place un bien, associé à un service, ou par exemple un matériau (comme un isolant en tant que matériau de construction) depuis sa fabrication jusqu’à sa fin de vie.

L’énergie grise équivaut donc à la consommation totale d’énergie du bien ou du matériau et représente un indicateur clé sur le plan écologique.

Elle inclut :
- La conception ;
- L'extraction et le transport des matières premières ;
- La transformation de ces dernières ;
- La fabrication ou la préparation (sortie du produit de l’usine) ;
- La commercialisation, l’acheminement ;
- L’installation, la mise en œuvre, y compris la part des déchets ;
- La vie « en œuvre » couvrant l’entretien, la maintenance ;
- La fin de vie, la démolition ou réhabilitation ;
- Le recyclage, l’évacuation et l’élimination éventuelle de déchets.

Matériaux isolants et énergie grise


Parmi les produits consommateurs d’énergie grise, il y a les matériaux isolants, à plus ou moins grande échelle.

Les isolants « naturels », « recyclés » ou « bio-sourcés » consomment en général peu d’énergie grise ; c’est le cas de la laine de chanvre, de la fibre de coco (30 à 40 kWh/m3) ou de la ouate de cellulose qui consomme environ de 60 kWh/ m3 à 150 kWh/ m3 selon sa forme et sa mise en œuvre.
La fibre de bois rigide se situe autour de 1400 kWh/ m3.

Les matériaux isolants « industriels », surtout ceux à base de polymères, sont plus consommateurs en énergie grise.
Ainsi, la laine de verre (entre 240 et 400 kWh/ m3), le polystyrène expansé (environ 450 kWh/ m3), le polystyrène extrudé (de 700 à 900 kWh/ m3) ou encore la laine de roche (plus de 600 kWh/ m3). La perlite et la vermiculite atteignent environ 230 kWh/ m3.

Côté matériaux, les métaux et matières synthétiques sont très consommateurs d’énergie grise : 

- Le bois, sous sa forme peu modifiée (poutre de charpente, plancher brut), est un petit consommateur d’énergie grise, 300 à 600 kWh/ m3 sauf s’il provient de zones lointaines où son transport est lourd en énergie. Alors que le lamellé collé consomme plus de 1200 kWh/ m3 (fabrication et traitement) et le panneau reconstitué 2500 kWh/ m3.

- Le béton ou bloc béton consomme autour de 500 kWh/ m3 et la brique environ 800 kWh/ m3.

- Les matériaux « recyclés » et réutilisables sont moins consommateurs d’énergie grise puisque la part affectée à leur élimination est réduite.

- La conception et la technique de construction telle le préfabriqué ou la maison à ossature bois est moins consommatrice d’énergie grise que la technique traditionnelle en maçonnerie (béton) car il y aura moins de déchets de chantier.

Crédit photo : © Trezvuy - Fotolia.com

Merci de votre avis !

Pour aller plus loin

En ce moment sur le forum

Isolation et ventilation

211 discussions sur le forum Voir les discussions
Simulateur Prêt Travaux bonifié par EDF
Simulateur

Simulez votre prêt travaux bonifié par EDF

Faire une simulation

Trouvez un professionnel
près de chez vous